ND de Roubignac, randonnée dangereuse?

Malgré l'heure très matinale, nous étions 9 à essayer de vaincre les éléments : Martine, Geneviève, Danièle, Josiane, Robert, Tito, Jacky, Dominique, Jean Louis.

Nous sommes allés prier ND de Roubignac patronne des randonneurs téméraires, et nous avons été exaucés : pas de pluie, pas de vent, soleil timide au début, plus fort en fin de randonnée.

Que du bonheur !

Le château de Lauzières nous a vu passer sans envoyer ses fantômes, d'ailleurs il parait qu'ils ont fuit ne sachant ou loger dans les ruines, pourtant en rénovation depuis plusieurs années.

ND de Roubignac, jolie petite chapelle visitable et son cimetière qui contient, certainement les ancêtres des châtelains.

Puis ce fut la terrible descente dans les gorges de la Marette, petit ru qui descend de la montagne, gorgé de l'eau tombée ces derniers jours. La difficulté du jour, celle qui fit peur à nos randonneuses. Eh bien, que nenni, aucun problème, la descente s'effectua sans aucune chute, la traversée du ruisseau sans aucun pied mouillé, la remontée sans souffle coupé.

La suite fut une descente en roue libre, passant devant le vieux moulin restauré depuis plus de 20 ans par son propriétaire.

Octon et son restaurant nous attendait pour une restauration (elle aussi) bien méritée. La salle en pierres, voutée était de toute beauté, et le repas simple, copieux et très bon.

Avant de terminer la balade, nous avons été voir quelques peintures d'un peintre local et admiré ses tableaux hauts en couleurs représentant des paysages du coin et de Bretagne.

Belle journée, nous ne regrettons pas d'être venus nous mesurer aux éléments...

A bientôt sur les routes.

 

Jean-Louis Demey

 

De si belles photos... Pour les randonneuses , les randonneurs , les baladous.

Pour Josiane, Martine, Danielle, Jean-Louis, Tito, Robert, Dominique et Jacky.

 

En ce matin gris-bleu la nature s'éveille,

Premiers jours de printemps, infinis paysages...

Le lac argenté sur une toile étroite reflète les nuages.

Mirage, rivages aux contours incertains.

 

Suivez le rêve, suivez la route,

Les terres rouges parcourues d'or, de verts, de bleus

Couleurs du Salagou.

C'est un peintre inconnu qui les a déposées

Accrochées par hasard au bout de ses pinceaux.

Avec en perspective les murs effondrés

De ce château hanté, ruines majestueuses sous un ciel tourmenté.

 

Entrez dans la chapelle au vieux porche usé.

La chapelle des monts n'est pas abandonnée:

Une porte ouverte accueille les bergers.

Les cerisiers en fleurs, les arbres de Judée,

Le printemps est bien là .

L'eau, l'air, les ombres insaisissables

Nous invitent à partir tout au long des chemins

Pour garder le soleil dans le creux de nos mains.

 

Geneviève Lapierre

 

 

 

Photos          Vidéo

 

 

 

 

Please reload